05 61 76 35 64 – contact@goyrans.fr

Environnement

Transition énergétique à Goyrans

9 février 2021

Article en cours de rédaction.

Répertoire biodiversité du village

9 février 2021

Article en cours de rédaction.

Réserve Naturelle Régionale (RNR)

9 février 2021

Sur un linéaire d’une vingtaine de kilomètres, la Réserve est un cœur de nature et un réservoir de biodiversité, aux portes de l’agglomération toulousaine. Reconnu d’intérêt régional, ce corridor fluvial boisé et ses zones humides remarquables sont protégés depuis 2015 à l’initiative des associations Nature Midi-Pyrénées et ConfluenceS Garonne-Ariège.

La RNR en quelques chiffres

Date de création : 4 juin 2015
Superficie : 579 hectares
Propriété foncière : 10 propriétaires publics (communes, intercommunalités, Conseil départemental, Etat) et 28 propriétaires privés.
Gestionnaire : Nature Midi-Pyrénées
Communes : Clermont-le-Fort, Goyrans, Labarthe-sur-Lèze, Lacroix-Falgarde, Pins-Justaret, Pinsaguel, Portet-sur-Garonne, Toulouse, Venerque, Vernet, Vieille-Toulouse

Une mosaïque naturelle

Influencés par les dynamiques fluviales de la Garonne et de l’Ariège, plus d’une cinquantaine de milieux naturels constituent les paysages de la Réserve, des plus secs au plus humides : forêts alluviales, prairies, pelouses et landes, forêts de coteaux… Plusieurs sont devenus rares à l’échelle de la vallée de la Garonne.

Un réservoir de biodiversité

Plus de 1200 espèces végétales et animales sont connues sur la Réserve, dont certaines sont menacées ou protégées. L’Aigle botté, la Loutre d’Europe, l’Orchis parfumé, la Cordulie à corps fin, le Lézard hispanique et le Triton marbré font partie des espèces remarquables.

Des services aux populations

Au cœur de la zone d’inondation, la Réserve accueille des milieux humides participant à l’amélioration de la qualité des eaux, la régulation et l’expansion des crues ou la protection des berges.


Goyrans : ma commune est sur une RNR

Superficie communale : 575 ha et Superficie classée en RNR : 33,3 ha (23,8 ha en propriété publique et 9,5 ha en privé)
Milieux : eaux courantes, forêts alluviales et zones humides, pelouses et landes sèches, chênaies pubescentes et prairies
Flore et faune remarquables : Utriculaire australe, Orme lisse, Trigonelle de Montpellier, Gaillet glauque, Légousie hybride, Aeshne mixte, Triton marbré, Crapaud calamite, Grenouille agile, Fauvette mélanocéphale, Grèbe castagneux, Loutre d’Europe, Martre, Genette commune, Murin de Daubenton, Saumon atlantique, …

La RNR et ma commune sont amenées à collaborer étroitement sur des points aussi divers que :

  • L’aménagement du territoire, l’accueil et la canalisation du public, l’installation et l’entretien des équipements (signalétique, sentiers…)
  • La valorisation des patrimoines naturels, culturels, paysagers, historiques, architecturaux…
  • Les missions de surveillance et de police, le respect du règlement et la maîtrise des usages
  • L’encadrement et l’organisation de manifestations sportives ou culturelles…

Depuis le 2 mai, 5 écogardes ont rejoint Mathieu Orth, Conservateur de la RNR pour l’accompagner sur de nombreuses missions :

  • Des patrouilles sur l’ensemble de la RNR
  • Une sensibilisation et une information des usagers
  • La prévention des risques incendie et baignade
  • La surveillance des équipements et des atteintes à l’environnement, l’entretien des sites
  • La participation à l’organisation d’animations et manifestations en lien avec la RNR…

Plus d’informations sur le site de ConfluenceS Garonne Ariège

Lutte contre les espèces nuisibles

9 février 2021

« Programme de lutte collective contre les espèces animales nuisibles« 

Lutte contre la chenille processionnaire du pin

Afin de prévenir les premières processions de chenilles, l’hiver est le moment de penser à mettre en place des écopiègesTM et/ou des nichoirs à mésanges.
Ces dispositifs sont disponibles auprès de la FREDON de la Haute-Garonne, fédération qui organise les traitements contre la chenille processionnaire.


Lutte contre le frelon asiatique

En mars, c’est le moment de penser à mettre en place de simples pièges, confectionnés à l’aide de bouteilles en plastique, pour lutter contre les femelles fondatrices des nids qui sortent de leur hivernage.

Ces pièges sont à installer de début mars à fin avril. Passée cette période de nombreuses espèces autochtones (frelons européens, guêpes, abeilles….) risquent d’être capturées.

En juillet, c’est la période de production des larves par les femelles fondatrices. Les nids de frelons asiatiques ne sont pas encore trop gros et donc plus faciles à détruire. La première quinzaine de juillet est ainsi le moment le plus propice pour procéder à la destruction des nids observés.


Lutte contre la Pyrale du buis

Dans le cadre de la lutte contre la pyrale du buis, la combinaison de plusieurs méthodes de lutte est primordiale afin d’agir sur les populations de l’insecte tout au long de son cycle.

A partir de fin mars jusqu’à fin octobre (cette espèce ayant 2 à 3 générations par an) il est recommandé d’installer des pièges à phéromones de manière à détecter les premiers vols et optimiser le positionnement d’une éventuelle lutte biologique avec la bactérie Bacillus thuringiensis spp kurstaki. Les traitements à l’aide de cette bactérie sont en effet à effectuer 8 à 10 jours après les premières captures de papillons.

Dans le cas de buis infestés peu nombreux et de petites tailles une lutte mécanique peut être envisagée en coupant les parties de la plante infestée
ou en secouant les buis, les chenilles (non urticantes) ainsi tombées au sol seront récupérées et détruites.

O5 61 76 35 64

185 Chemin des Crêtes
31120 Goyrans

contact@goyrans.fr 

Accueil Mairie

Lundi 9h > 12h et 14h > 18h
Mardi 15h > 19h
Mercredi 9h > 12h (hors vacances scolaires)
Jeudi 14h > 18h
Vendredi 14h > 17h

© 2022 Mairie de Goyrans - Réalisation : A l'évidence